ALIX POULET (LEETCHI.COM) “Etre adossé à Arkéa nous permet de ne pas mettre Leetchi en péril”

Le JDN interviewe chaque jour un dirigeant sur sa réaction face à la crise du Covid-19. La CEO de la cagnotte en ligne Leetchi partage les mesures déjà prises et les décisions qui l’attendent.

Les cagnottes Leetchi liées au coronavirus se multiplient depuis l’annonce du confinement. Où en est-on aujourd’hui ?

Plus de 10 000 cagnottes liées au Covid-19 ont été créées, pour un montant total collecté de 6 millions d’euros. C’est un record. Il y a un élan de mobilisation très fort. Ce qui m’a le plus surpris est l’inversion totale de ce que nous faisons habituellement. Historiquement, 65% des volumes collectés sont destinés à des cadeaux communs comme les pots de départ ou les anniversaires, 25% pour des projets solidaires et 10% pour les dépenses à plusieurs, c’est-à-dire les weekend entre amis, les soirées ou encore les enterrements de vie de jeune fille. Aujourd’hui, 65% des volumes collectés sont destinés à des projets solidaires, dont une majorité est en lien avec le personnel soignant et les hôpitaux. Il y aussi de nombreuses cagnottes pour les commerçants, artisans, caissières, policiers, les populations isolées ou fragiles et les patients en Ehpad. Plusieurs entreprises ont aussi créé des cagnottes comme Frichti pour offrir des repas pour le personnel soignants ou encore LeCab pour leur offrir des trajets.

Comment gérez-vous ces volumes records ?

Nous avons une équipe de lutte contre la fraude qui, tout au long de l’année, vérifie les cagnottes solidaires, à savoir s’assurer que l’objet est légitime et que les fonds iront aux bons bénéficiaires. La seule différence aujourd’hui est le caractère urgent des collectes car de nombreux projets visent à acheter du matériel comme des respirateurs, des kits de masques, des surblouses… L’équipe de lutte contre la fraude a décidé de prendre les devants en contactant les créateurs de cagnottes avant la clôture de la collecte pour leur demander un certain nombre de documents justificatifs qui permettent de s’assurer de la bonne destination des fonds. Par exemple, pour une cagnotte destinée au CHU de Bordeaux, nous allons demander le RIB du CHU. Autre exemple si un organisateur de cagnotte veut acheter du matériel, nous allons demander une facture. C’est un moyen pour nous de certifier les cagnottes et donc d’apporter une garantie aux donneurs. La certification est symbolisée par un macaron vert sur le site.

 

Consulter l’article ici

Source : JDN