Comment Etam, Carrefour, La Redoute et Eram utilisent l’IA

Quel rôle de l’IA dans le commerce de demain ? Retours d’expériences avec Jean-Bernard Della Chiesa, directeur innovation du groupe Etam, Amélie Oudéa-Castera, directrice e-commerce et digitale du Groupe Carrefour, Eric Courteille, co-président de la Redoute et Renaud Montin, CTO d’Eram.

Nos métiers de commerçants nous obligent à nous transformer en permanence”, pointe d’emblée Eric Courteille, co-président de la Redoute.Consacrée à l’intelligence artificielle, sur le thème “Vers un commerce performant et responsable ?”, l’Alliance du Commerce, qui regroupe 27 000 enseignes d’habillement et de chaussure, a organisé mardi 2 juillet sa Rencontre annuelle, à Paris.

Eric Courteille, co-président de la Redoute, Jean-Bernard Della Chiesa,directeur innovation du groupe Etam, Amélie Oudéa-Castera, directrice e-commerce et digitale du Groupe Carrefour et Renaud Montin, directeur de la transformation numérique d’Eram ont présenté des cas concrets d’usage d’intelligence artificielle au sein de leur commerce.

L’enjeu de la data pour le prédictif

12 000 points de vente dans le monde, 4 000 en France, mais aussi 13 millions de transactions quotidiennes soit 4,5 milliards par an, l’enjeu de la data est clé au sein du Groupe Carrefour. “Parmi nos chantiers data, nous réalisons actuellement un travail de base sur les fondations, en mariant la connaissance client à travers les environnements digitaux et physiques,souligne Amélie Oudéa-Castera, directrice e-commerce et digitale du Groupe Carrefour. Néanmoins, nous avons la chance qu’historiquement notre Groupe ait bien réussi ses programmes de fidélité. Parmi nos 104 millions de ménages clients, 60 millions sont enrôlés dans nos programmes. Cela nous permet d’avoir une très bonne complétude de données sur ces consommateurs. Pour autant, l’organisation de la donnée chez Carrefour a pris beaucoup de retard.”

12 000 points de vente dans le monde, 4 000 en France, mais aussi 13 millions de transactions quotidiennes soit 4,5 milliards par an, l’enjeu de la data est clé au sein du Groupe Carrefour. “Parmi nos chantiers data, nous réalisons actuellement un travail de base sur les fondations, en mariant la connaissance client à travers les environnements digitaux et physiques,souligne Amélie Oudéa-Castera, directrice e-commerce et digitale du Groupe Carrefour. Néanmoins, nous avons la chance qu’historiquement notre Groupe ait bien réussi ses programmes de fidélité. Parmi nos 104 millions de ménages clients, 60 millions sont enrôlés dans nos programmes. Cela nous permet d’avoir une très bonne complétude de données sur ces consommateurs. Pour autant, l’organisation de la donnée chez Carrefour a pris beaucoup de retard.”

Source : ECommerce Mag 

Consulter l’intégralité de l’article ici.