[By le Blog] Le café du jeudi avec Philippe de Chanville et Christian Raisson, Co-Fondateurs de ManoMano

Le café du jeudi by le Blog, le témoignage d’une personnalité du digital qui vous éclaire sur ce secteur le temps d’un café !

Cette semaine, nous avons l’honneur d’avoir le témoignage en duo de Philippe de Chanville et Christian Raisson, les Co-Fondateurs de ManoMano

 

Ils nous parlent des enjeux du E-Commerce en quatre questions et Philippe de Chanville nous dévoile sa personnalité à travers son Moodboard. Merci à Philippe et Christian pour ce témoignage !

1 Les grandes tendances qui ont modifié les usages dans le e-commerce ?

Nous listons 2 grandes tendances qui ont profondément boulversé la pratique du e-commerce ces 5 dernières années : 

  Le mobile, qui oblige les acteurs à améliorer leurs interfaces et demande à la fois une meilleure expertise UX et une capacité IT plus importante. C’est un grand changement car non seulement il s’agit de transformer l’expérience client sur le site, mais il faut aussi penser différemment les contextes de navigation et donc les questions/attentes des internautes. Coté technique, pour des questions de temps de réponse, de languages et de technologie, c’est aussi un challenge pour des e-commerçants qui ne prévoient pas d’investir beaucoup dans leur technologie.

 La logistique. Dernièrement, les majors du e-commerce ont fait rentrer dans les usages des internautes des standards de livraison au client final en 24h ou 48h avec des frais de port gratuits. Ce qui se cache derrière c’est un modèle économique qui ré-intègre le coût des livraisons et des retours, mais aussi et surtout une excellence obligatoire dans la chaine logistique en entrepôt. C’est un gros investissement et une partie du métier qui ne se voit pas coté client mais qu’il est obligatoire de maitriser pour rester compétitif.

2 Les attentes des e-commerçants ?

Les attentes des e-commerçants sont avant tout nous semble-t-il autour de technologies permettant d’améliorer les marges qui sont nécessairement sous pression de toutes parts. En amont, un sourcing international avec des outils de traduction, de synchronisation des catalogues et de gestion automatique des ré-assorts. Coté logistique, avec une amélioration du picking et du packing grâce à des robots plus intelligents et agiles mais moins chers. Coté acquisition par des outils automatisés de gestion de leur pression marketing en fonction de la qualité du catalogue, de l’environnement marketing et concurrentiel. Et en aval enfin, avec des outils de gestion du SAV plus efficaces et plus automatisés permettant de diminuer le coût à la commande en augmentant la satisfaction client.

Un dernier point peut-être : recruter plus facilement des développeurs informatiques dans un marché du recrutement tech absolument clé mais lourdement en faveur de l’offre et n’offrant pas assez de leviers d’accélération.

3 Les enjeux du e-commerce 2019 ?

Pour ceux qui travaillent avec l’Angleterre, il y aura probablement quelques questions à se poser en fonction de l’évolution des discussions politiques. 

Le climat politique international un peu tendu ainsi que les guerres commerciales qui commencent à poindre ne sont pas non plus de très bon augure. Mais au final, tous ces éléments internationaux sont aussi de bonnes raisons pour se regarder de plus près une production locale et différenciante. Et une production plus locale a non seulement pour mérite de dynamiser le tissu industriel Français, mais aussi de prendre en compte le bilan environnemental de notre activité. Comment considérer sur le long terme comme pérenne une activité qui dépend en grande partie de l’importation – souvent depuis l’Asie ou les Etats-Unis – de produits manufacturés qui sont peut-être produits à faible coût, mais ont un impact environnemental certain qui malheureusement ne se traduit pas dans leur prix de vente ? 2019 sera-t-elle l’année d’une prise de conscience dans ce domaine ? … cela nous semble urgent !

4 Les clé de la réussite du e-commerce de demain ?

Avant tout une réelle différenciation, que ce soit dans le produit ou le service associé. Ensuite se servir de cette différenciation pour créer une marque qui soit forte avec des ambassadeurs impliqués, regroupés autour de communautés. Enfin, une expertise technique importante qui est l’un des réels piliers de développement de l’entreprise. Sans cela, il y a un vrai risque de se retrouver prisonnier de solutions sur étagère qui ne permettent pas cette différenciation essentielle à l’existence de la marque. Demain, une entreprise e-commerce sera synonyme d’entreprise Tech… et nous l’espérons aussi, d’une entreprise avec une vraie conscience environnementale.

Cliquez sur le Moodboard pour agrandir les réponses !