[ROLAND-GARROS] Le tennis à l’aube d’une révolution technologique ?

Prestigieux de par son statut de tournoi du Grand Chelem, Roland-Garros fait aujourd’hui office de dinosaure sur la scène tennistique mondiale.

Le Hawk-Eye, premier pas technologique de l’ATP au XXIème siècle 

Le tennis a tout de même opéré quelques changements d’ordre technologique depuis quelques années. Le plus connu d’entre eux n’est autre que l’introduction du Hawk-Eye, système de tracking vidéo qui permet de tracer la balle au millimètre près. Inaugurée à l’occasion du Masters de Miami en 2006, à Key Biscayne, cette technologie a été fortement décriée à son arrivée sur le circuit, de la même manière que la VAR (assistance vidéo à l’arbitrage) l’est actuellement sur les terrains de football.

La technologie pour remplacer les juges de ligne 

Pour rendre le tennis «plus excitant et limiter les temps faibles», selon les mots employés par Ross Hutchins, le directeur du tournoi, l’ATP a ainsi non seulement revu le format des matches (moins de jeux par set, no-let, no-ad…), mais aussi remplacé les juges de ligne par la technologie. En effet, un système électronique, développé par la même entreprise qui fournit déjà le Hawk-Eye (société du même nom détenue par Sony) sur le circuit le reste de l’année, se charge dorénavant de crier «out» dès qu’une balle est faute.

La «shot clock» déjà adoptée sur le circuit 

Au Masters «Next Gen», la technologie permet aussi de rapprocher joueurs et entraîneurs. Jusqu’à maintenant, il était en effet interdit pour les joueurs sur le circuit masculin de communiquer avec leur coach pendant un match, sous peine d’être sanctionné par l’arbitre, alors que le circuit WTA permet depuis 2008 aux joueuses de faire appel à leur entraîneur pour venir les conseiller sur le court en plein match. 

Source : French Web

Consulter l’intégralité de l’article ici.